Prix Nebula 1960s.

 

Récompense les œuvres de science-fiction ou de fantasy les plus novatrices

1965 : Dune (Dune) par Frank HERBERT
Il n'y a pas, dans tout l'Empire, de planète plus inhospitalière que Dune. Partout des sables à perte de vue. Une seule richesse : l'épice de longue vie, née du désert, et que tout l'univers convoite. Quand Leto Atréides reçoit Dune en fief, il flaire le piège. Il aura besoin des guerriers Fremen qui, réfugiés au fond du désert, se sont adaptés à une vie très dure en préservant leur liberté, leurs coutumes et leur foi. Ils rêvent du prophète qui proclamera la guerre sainte et changera le cours de l'histoire. Cependant les Révérendes Mères du Bene Gesserit poursuivent leur programme millénaire de sélection génétique ; elles veulent créer un homme qui concrétisera tous les dons latents de l'espèce. Le Messie des Fremen est-il déjà né dans l'Empire ?
1966 : Babel 17 (Babel 17) par Samuel R. DELANY
Depuis plusieurs mois, la Terre et ses planètes amies au sein de l'Alliance sont en butte aux attaques répétées de lointains et mystérieux envahisseurs. Avant chaque coup de main, d'incompréhensibles messages viennent brouiller les réseaux radio de l'Alliance. Qu'est ce que Babel 17 ? Un simple code dont on n'a pas encore trouvé la clé ? Une véritable langue, reflet d'une civilisation radicalement étrangère ? Ou bien un super-langage dépassant de très loin tous les modes de pensée connus dans l'univers ? Rydra Wong, la poétesse, est sans doute la personne la plus apte à résoudre cette énigme. Le long voyage qu'elle entreprend à bord de l'astronef Rimbaud la conduira non seulement aux frontières de la galaxie, mais aussi à celles du langage.
1966 : Des fleurs pour Algernon (Flowers for Algernon) par Daniel KEYES
Algernon est une souris dont le traitement du Pr Nemur et du Dr Strauss vient de décupler l'intelligence. Enhardis par cette réussite, les savants tentent, avec l'assistance de la psychologue Alice Kinnian, d'appliquer leur découverte à Charlie Gordon, un simple d'esprit. C'est bientôt l'extraordinaire éveil de l'intelligence pour le jeune homme. Il découvre un monde dont il avait toujours été exclu, et l'amour qui naît entre Alice et lui achève de le métamorphoser. Mais un jour, les facultés supérieures d'Algernon commencent à décliner...
1967 : L'Intersection Einstein (The Einstein Intersection) par Samuel R. DELANY
Notre univers a été traversé par un autre univers qui n'obéit à aucune des lois scientifiques que nous connaissons. L'humanité est divisée nettement, en masculin, féminin et anormal. Lo Lobey, Orphée de ce futur où l'impossible se fond dans le réel, entreprend une descente aux enfers. Les êtres qu'il rencontrera viennent d'ailleurs, de l'Enfer Chrétien ou de cet autre univers qui recoupe notre plan de réalité. Ils apparaissent comme la Mort ou l'Amour, et ils semblent avoir arraché à notre passé des lambeaux de poésie et des échardes de violence, et tous, bien sûr, protègent la nouvelle Eurydice.
1968 : Rite de passage (Rite of Passage) par Alexei PANSHIN
Un des grands vaisseaux qui ont quitté la Terre, jadis, avant qu’elle explose et que les hommes se dispersent entre les mondes des étoiles. J’ai 12 ans et comme je suis encore une petite fille, je m’amuse à passer d’un niveau à l’autre par les conduits d’aération. Tout en bas, au fond du Vaisseau, il y a les machines, la Technique. Au 3e Niveau, il y a un soleil artificiel, mais les prés sont vrais, et les oiseaux et les lapins aussi : c’est un coin de la Terre que nos ancêtres ont reconstitué là pour ne pas perdre ce qui fait encore de nous des humains. Et, pour rester humains et parce qu’il nous faut être forts, nous avons une règle de sélection à laquelle chacun doit se soumettre. Chacun, au seuil de l’adolescence, doit affronter seul une planète sauvage. Bientôt, ce sera mon tour...
1969 : La Main gauche de la nuit (The Left Hand of Darkness) par Ursula K. LE GUIN
Depuis son arrivée sur la planète Gethen, Genly Aï a toujours eu froid. Il risque bien pis, comme tous les envoyés de l’Ekumen. L’Ekumen n’est pas un empire, mais une coordination de mondes habités. Sur cent années-lumière, la guerre n’aurait aucun sans : à quoi bon envoyer une armada sur un monde dont on rechercher l’alliance ? Genly Aï est venu seul, comme tous les Envoyés ; s’il échoue, on recommencera dans un siècle ou deux. Mais les seigneurs de Gethen y voient un piège. La peur tourne vite à la haine, quand on découvre que l’Envoyé n’a qu’un seul sexe, et qu’il est perpétuellement disponible. Une monstruosité, voilà ce qu’il est. Car ici il n'y a ni hommes ni femmes, seulement des êtres androgynes qui, dans certaines circonstances, adoptent les caractères de l'un ou l'autre sexe. Les sociétés nombreuses qui se partagent Gethen portent toutes la marque de cette indifférenciation sexuelle. Sur cette planète hostile, il aura du mal à se faire accepter comme un ami - c’est à peine si l’on verra en lui un homme.
Copyright La taverne de faust [http://andani.fr]