Pologne

Histoire :

Unifiée au Xe siècle par la dynastie des Piast, issue d'une tribu slave installée entre l'Elbe et l'Oder, les Polanes, la nation polonaise a été plus souvent soumise et morcelée que souveraine. À l'époque de la plus grande expansion territoriale, inaugurée par l'union personnelle des couronnes de Pologne et de Lituanie, en 1569, succède celle du morcellement. Partagée en 1772 puis en 1793 et enfin en 1795, entre la Prusse, la Russie et l'Autriche, la Pologne cesse d'exister jusqu'en 1918. Trois insurrections, en 1830, 1848 et 1863-1864, échouent.

Pendant un siècle, les nationalistes polonais vivent en exil, à Paris, à Londres et en Autriche. Pilsudski proclame la république en 1918. Dantzig devient une ville libre. La Silésie est partagée entre la Pologne et la Tchécoslovaquie. Après une guerre avec l'Union soviétique (1920-1921), la Pologne retrouve un territoire agrandi, peuplé pour un tiers de minorités juive, allemande, biélorusse et ukrainienne. Pilsudski démissionne en 1922, effectue un coup d'État en 1926 et exerce un pouvoir dictatorial jusqu'en 1935. Malgré les pactes de non-agression avec l'Union soviétique et l'Allemagne, la Pologne est sacrifiée sur l'autel du pacte germano-soviétique. Attaquée par l'Allemagne le 1er septembre 1939, elle est partagée entre les deux grands voisins. Un sixième de sa population, dont 3 millions de juifs, est massacré. Le ghetto de Varsovie se soulève en 1943 mais, faute d'appui extérieur, il est annihilé. Soutenu par Staline, un gouvernement d'union nationale se forme en 1944 et s'établit à Varsovie en 1945.

Les nouvelles frontières du pays sont fixées à Yalta et à Potsdam : la moitié orientale est cédée à l'Union soviétique, tandis que des territoires sont repris à l'Allemagne au nord et à l'ouest. Le pouvoir stalinien vacille en octobre 1956, lorsque éclate une révolte ouvrière qui ramène au pouvoir Gomulka, écarté en 1948. Il sera de nouveau écarté à la suite des révoltes étudiante de 1968 et ouvrière de 1970. Son remplaçant, Gierek, tente une réforme libérale. En 1980, un syndicat ouvrier indépendant, Solidarnosc, apparaît aux chantiers navals en grève de Gdansk. Dirigé par l'électricien Lech Walesa, il négocie un accord avec le gouvernement. Le général Jaruzelski instaure l'état de guerre de décembre 1981 à décembre 1982. Solidarnosc est interdit et ses partisans sont internés. La pression se relâche en 1984. Une nouvelle vague de grèves, en 1988, débouche sur la légalisation des syndicats et une réforme politique en 1989. Jaruzelski est élu à la présidence et Mazowiecki, issu de Solidarnosc, devient Premier ministre, avant de créer son propre parti et de se présenter à l'élection présidentielle, qu'il perd au profit de Lech Walesa, en 1990.

Politique :

Le président, qui nomme le Premier ministre, est élu pour six ans par un parlement composé d'une Diète de 460 membres, dont 161 élus et 299 du parti communistes et de ses alliés, et un Sénat de 100 membres élus au suffrage universel pour quatre ans. En 1993, le Parlement sera intégralement issu d'une élection multipartiste au suffrage universel. En 1995, le président sera aussi élu au suffrage universel.

Economie :

L'agriculture reste dominée par la petite propriété privée. Plus d'un quart de la population active y est occupée, cultivant des pommes de terre, du blé, de l'orge, de la betterave sucrière et des fourrages. Importantes réserves de charbon, de gaz naturel, de cuivre et d'argent. Le secteur industriel, organisé sur le mode socialiste des combinats et des grands ensembles, est en crise et en restructuration. Le plan d'austérité entré en vigueur en 1990, pour assurer la transition vers l'économie de marché, a entraîné une explosion du chômage et une baisse du niveau de vie.

Tourisme :