Les mots rares.

Quelques mots rares commençant par la lettre B pour enrichir le vocabulaire

Babelé : adj.
Turlupiné, tourné en ridicule.
Bacaudes : n. m. plur.
Paysans. En Gascogne, ces mots signifient pâtres, bergers, paysans.
Bacchanale : n. f.
1) Danse bruyante et tumultueuse. Familièrement, débauche faite avec bruit.
2) Au plur. Fêtes que les anciens célébraient en l’honneur de Bacchus.
Bacbuc : n. f.
Dans Rabelais, la dive Bacbuc, la bienheureuse bouteille.
Bachasse : n. f.
Terme rural. Chaussée d’un étang.
Bachique : adj.
Qui a rapport au culte de Bacchus. C’est le qualificatif ordinaire des chansons et des airs à boire. On appelle poëtiquement Le vin, Liqueur bachique.
Bachele : n. f.
Seigneurie. Châtellenie de haute moyenne et basse justice. Il falloit quatre bacheles pour former une baronnie.
Bachelette : n. f.
Jeune fille gracieuse.
Bacul : n. m.
Médieval. Peine infligée à un homme ayant commis une faute dans l’exercice de sa charge ou à une fille dévergondée. Comme son nom le suggère, le bacul consistait à frapper les fesses du fautif avec une pelle.
Baderne : n. f.
Terme de marine. Tresse plus ou moins large, faite de fils de caret et employée à recouvrir les mâts, les vergues, les câbles, dans les parties que des frottements pourraient détériorer. Fig. Toute chose ou tout individu hors d’état de servir.
Bagasse : n. f. vx.
Femme de mauvaise vie.
Bagottier : n. m.
Niais, nigaud.
Baguenaude : n. f.
1) Fruit du baguenaudier, gousse pleine d’air et de petites graines, et qui éclate avec bruit lorsqu’on la presse
2) Ancienne pièce de poésie française faite en dépit des règles et du bon sens ; c’était un amphigouri en vers blancs 3) Niaiserie.
Bailleul : n. m.
Celui qui remettait en place les os luxés ou fracturés. Rebouteur.
Baisselle : n. f.
Jeune fille.
Baissoir : n. m.
Réservoir qui, dans les salines, reçoit l’eau concentrée.
Bajoire : n. f.
Médaille ou monnaie empreinte de deux têtes affrontées ou superposées.
Balais : adj. m.
Rubis balais, variété de rubis, couleur de vin paillet.
Balalaïka : n. f.
Sorte de guitare à dos plat, de forme triangulaire, à long manche et à trois cordes, populaire en Russie où elle sert à l’accompagnement des chants et des danses des Cosaques et des paysans.
Balancine : n. f.
Terme de marine. Cordage qui, descendant de la tête du mât, va au bout d’une vergue pour la soutenir à cette extrémité.
Balandran : n. m.
Ancien manteau.
Balandre : n. f.
Sorte de bâtiment de mer.
Balane : n. f.
Crustacé vivant dans une loge cylindrique calcaire et accroché aux rochers.
Balantine : n. f.
Petit sac que les merveilleuses du Directoire portaient suspendu à la ceinture et ballant sur leurs genoux, comme la sabretache des hussards flotte sur leur mollet.
Balatron : n. m.
Gourmand.
Baler : v.
Danser. – Remuer, s’agiter. – Sortir, s’affranchir.
Balèvre : n. f.
Terme d’architecture. L’excédant d’une pierre sur une autre, près d’un joint.
Balicorne : n. f.
Pièce de fer d’un soufflet de forge.
Balinges : n. f. plur.
Couches ou langes. Mot du patois Limousin.
Baliste : n. f.
machine de guerre médiévale lançant flèches et pierres.
Baloire : n. f.
Terme de marine. Longue pièce de bois qui détermine la forme qu’un vaisseau doit avoir.
Balous : n. m.
Balle d’avoine.
Balsamique : adj.
1) Qui tient de la nature du baume. Odeur, vertu balsamique.
2) Embaumé, parfumé.
Balzan : adj. m.
Cheval balzan, cheval noir ou bai, qui a des marques blanches aux pieds.
Bamboches : n. f. plur.
Petites figures en forme de Marionnettes auxquelles on faisait representer des Ballets, ou des Comedies.
Ban-arban : n. m.
Droit seigneurial. – Corvée.
Bancasse : n. f.
Terme de marine. Coffre servant de banquette et de lit.
Bancroche : adj.
Qui a les jambes très tortues. Homme, femme bancroche.
Bandolier : n. m. vx.
Brigand qui volait sur les grands chemins.
Banduria : n. f.
variété de guitare, à fond plat, montée de six cordes doubles, populaire en Espagne.
Banneret : n. m.
Ancien titre des seigneurs qui avaient droit de lever bannière, pour composer une compagnie militaire de leurs vassaux.
Banvin : n. m.
Droit qu’avait le seigneur de vendre, à l’exclusion de toute autre personne, le vin de son cru, dans sa paroisse, durant le temps marqué par la coutume. Proclamation qui indiquait le jour où les particuliers pourraient vendre leur vin nouveau.
Barachois : n. m.
Terme de marine. Anfractuosité dans une côte servant d’abri à de petites embarcations.
Baralipton : n.m.
Mot forgé par les Scolastiques pour rappeler mnémoniquement une forme de syllogisme, et où barali est seul significatif, pton n’étant qu’une finale pour faire le vers.
Baratre : n. m.
Lieu inaccessible.
Barbacane : n. f.
1) Meurtrière pratiquée dans le mur des forteresses pour pouvoir tirer à couvert. – Dans les fortifications du moyen âge, ouvrage extérieur percé de meurtrières.
2) Ouverture longue et étroite pour l’écoulement des eaux. – Ouverture dans une porte de cave.
Barbacole : n. m.
Maître d’école ; magister de village.
Barbeau : n. m.
1) Plante à fleurs bleues qui croît dans les blés ; dite aussi bluet.
2) adj. inv.. Bleu barbeau, espèce de bleu clair. Une étoffe barbeau, des étoffes barbeau, de la nuance de ce bleu.
Barbette : n. f.
Espèce de plate-forme sans épaulement, d’où l’on tire du canon à découvert. Tirer à barbette.
Barbeyer : v. t.
Terme de marine. Le vent barbeye, lorsqu’il ne fait que raser la voile, sans la remplir.
Barbon : n. m.
Vieillard, avec une idée de dénigrement.
Barcarolle : n. f.
1) Sorte de chanson particulière aux gens du peuple et surtout aux gondoliers de Venise.
2) Petite pièce de musique faite sur une chanson relative aux promenades sur l’eau, et où l’on imite la coupe et le rythme des barcarolles de Venise.
Barces : n. f.
Canons semblables aux faucons et fauconneaux, mais plus courts, renforcés de metal, de plus grand calibre.
Barde : n. m.
Poëte chez les anciens Celtes. Fig. Poëte héroïque et lyrique.
Barde : n. f.
Ancienne armure faite de lames de fer, qu’on plaçait sur le poitrail d’un cheval.
Bardit : n. m.
Chant de guerre des anciens Germains.
Bardot : n. m.
1) Petit mulet produit de l’accouplement du cheval et de l’ânesse.
2) Fig. et familièrement, homme sur qui les autres se déchargent d’une partie de leur tâche ; celui qui sert de sujet habituel aux plaisanteries.
Barguigner : v. t.
Hésiter, avoir de la peine à se déterminer.
Barigel : n. m.
Nom du chef des sbires dans plusieurs villes d’Italie.
Barillard : n. m.
Ancien terme de marine. Celui qui avait soin du vin et de l’eau à bord des galères.
Barlong : adj.
1) Qui a la figure d’un carré long, mais irrégulier.
2) Plus long d’un côté que de l’autre, en parlant de vêtements. Châle barlong.
Barlotière : n. f.
Terme de métier. Traverse de fer dans un châssis de vitraux.
Barquentin : adj.
Terme de Marine. Trois-mâts. Un Trois-mâts barquentin.
Barquiau : n. m.
Bassin. Réservoir d’eau.
Bartavelle : n. f.
Perdrix rouge du midi, plus grosse que la perdrix ordinaire.
Basoche : n. f.
1) Nom d’une cour de justice, établie fort anciennement entre les clercs du parlement de Paris, pour juger les différends qui s’élevaient entre eux.
2) L’ensemble des avoués et des clercs, leurs habitudes.
Basquine : n. f.
Sorte de jupe riche et élégante que portent les femmes basques et espagnoles.
Basse : n. f.
Petit banc ou îlot de roches qui ne découvre jamais, sans cependant, comme le bas-fond, laisser assez d’eau pour passer dessus de basse mer.
Bassier : n. m.
Amas de sable qui empêche la navigation.
 
Basterne : n. f.
Nom d’une espèce de char attelé de bœufs, en usage chez d’anciens peuples du Nord et, en France.
Bastringue : n. m.
Bal de guinguette. Populaire.
Batail : n. m.
Anciennement, battant d’une cloche.
Bâtière : n. f.
1) En Normandie, le bât.
2) Par assimilation de forme, genre de couronnement d’un édifice, formé de deux gables à double égout, supportant un toit plus ou moins incliné.
Batifoler v.
S'amuser à des choses futiles
Batoil : n. m.
Le son des trompes ou clines.
Battiture : n. f.
Nom des écailles qui jaillissent des métaux frappés, tout rouges, à coups de marteaux.
Battologie : n. f.
Répétition oiseuse, fastidieuse des mêmes pensées sous les mêmes termes.
Baucens : adj. Pie. Bai-pie.
Couleur du poil d’un cheval.
Baudelaire : n. m.
Sorte de sabre. Un des meubles du blason.
Baule : n. f.
Etang maritime dans les régions de l’estuaire de la loire.
Bayadère : n. f.
Femme indienne dont la profession est de danser devant les temples ou pagodes.
Bayle : n. m.
Berger chef, en Provence.
Béatilles : n. f. plur.
Les menues viandes délicates, crêtes de coq, riz de veau, etc. dont on garnit les pâtés.
Beaucéant : n. m.
Nom de l’étendard des Templiers.
Beaupré : n. m.
Terme de marine. Mât placé à l’avant du navire, et couché sur l’éperon.
Becquerelles : adj. f. plur.
Médisantes, mordantes. Proprement qui donnent des coups de bec.
Bedon : n. m.
1) Anciennement tambour
2) Familièrement, gros bedon, un homme au ventre rebondi.
Beffroi : n. m.
1) Tour dans laquelle est une cloche prête à sonner l’alarme.
2) La cloche même.
3) Charpente dans les clochers et les moulins.
Béguinage : n. m.
1) Maison, couvent de béguines
2) Dévotion puérile et affectée.
Béhourdis : n. m.
Tournois, combat à la lance.
Bejannie : n. f.
Sottise, niaiserie.
Bélandre : n. f.
Petit bâtiment de transport à fond plat, employé sur les rivières, sur les canaux et dans les rades.
Bélière : n. f.
Anneau auquel est suspendu le battant d’une cloche.
Bélître : n. m.
Homme de rien, homme sans valeur. C’est un franc bélître.
Belliniere : n. f.
Sorte de ballon.
Belluaire : n. m.
Terme d’antiquité. Gladiateur combattant des bêtes féroces.
Belonc : adv.
De travers, de biais. Tout alla de travers et belonc.
Ber : n. m.
Terme de marine. Appareil de charpente en forme de berceau pour mettre un navire à flot.
Berche : n. f.
Terme de marine. Ancienne petite pièce de canon de fonte verte (bronze) qu’on nomme aussi espoir de fonte.
Bergamasque : n. f.
Terme de musique. Danse et air de danse en usage au XVIIIe siècle.
Bergerette : n. f.
Anciennement, petit chanson sur un sujet pastoral.
Bergot : n. m.
Terme de pêche. Sorte de filet.
Berme : n. f.
Autrefois chemin étroit entre le pied du rempart et le fossé. Par analogie, chemin laissé entre une levée et le bord d’un canal ou d’un fossé.
Berniquet :
Usité seulement dans cette locution populaire : Berniquet pour sansonnet, c’est-à-dire tu n’en auras pas.
Berqui : n. m.
Ce mot est usité dans l’Auxerrois pour signifier une mare, un lieu aquatique.
Berquinade : n. f.
Composition littéraire où les réalités de la vie sont peintes à l’eau de rose ; ce mot ne s’emploie guère qu’ironiquement.
Berruier : n. m.
Médiéval. Sorte de casque ressemblant à la barbute, sans visière et avec des brides jugulaires. Etait utilisé au XVe siècle.
Berthe : n. f.
1) Locution proverbiale : Au temps où Berthe filait, c’est-à-dire il y a très longtemps
2) Espèce de garniture ou petite pèlerine qui se met comme ornement en haut d’un corsage décolleté.
Besaigre : adj.
Qui s’aigrit, en parlant du vin lorsqu’il est au bas dans un tonneau.
Besaine : n. f.
Nom donné, dans le XVe siècle, aux boulets en pierre lancés par la poudre à canon.
Beset : n. m.
Terme de trictrac. Deux as amenés d’un coup de dés.
Besson : adj. vx.
Jumeau, jumelle ; l’un des deux enfants d’une même couche.
Bestion : n. m.
Dans l’ancienne marine, le bec de la proue, parce que la proue portait souvent la figure d’une bête.
Bétyle : n. m.
Pierre portant certaines marques et qui était adorée comme une idole.
Bibus : n. m.
Terme de mépris, employé uniquement dans la locution de bibus, qui signifie sans valeur, sans importance.
Bicoque : n. f.
1) Place mal fortifiée.
2) Petite ville.
3) Fig. Maison chétive. Il n’a acheté qu’une bicoque.
Bidaus : n. m. vx.
Vieux mot français qui se disait au sujet des gens de guerre à pied, appelés autrement pitauts.
Biez : n. m.
Fossé creusé à côté d’une rivière pour l’usage d’un moulin, et pris d’assez loin pour pouvoir ménager une chute d’eau ou au moins une pente qui augmente la rapidité de l’eau. Le conduit se nomme buse quand l’eau tombe sur la roue, et coursier quand elle passe au-dessous.
Bigophone : n. m.
1)Instrument en zinc, appelé ainsi du nom de son inventeur, Bigot (1883). C’est une sorte de mirliton.
2) Téléphone.
Bigotelle : n. m.
Anciennement, pièce d’étoffe ou de cuir dont on se servait pour tenir la moustache relevée.
Bilitère : adj.
Terme de grammaire. Composé de deux lettres : ta, je, sont des mots bilitères.
Billebarrer : v. t.
Marquer de raies de diverses couleurs.
Billebaude (à la) :
Confusément
Billebauder : v. t.
Terme de chasse. On dit que des chiens billebaudent, quand ils chassent mal.
Biloquer : v. t.
Faire un premier labour très profond avant l’hiver.
Biquet : n. m.
Trébuchet pour peser la monnaie d’or ou d’argent.
Bisbille : n. f.
Petite et futile querelle.
Biscutelle : n. f.
Genre de la famille des crucifères, auquel appartient la lunetière.
Bisquain : n. m.
Peau de mouton avec sa laine, dont les bourreliers se servent pour couvrir les colliers des chevaux de harnais.
Bissac : n. m.
Sorte de sac ouvert en long par le milieu.
Bissêtre : n. m.
Mot inusité présentement, qui signifiait malheur, malaventure.
Bistourner : v. t.
1) Tourner, courber un objet de manière à le déformer
2) Terme de vétérinaire. Châtrer un animal en tordant les vaisseaux testiculaires
3) Se bistourner, v. pr. Devenir bistourné. Ses jambes se sont bistournées.
Bistre : n. m.
Suie cuite et détrempée dont on se sert pour peindre au lavis.
Bisulce : adj.
Terme de zoologie. Qui a le pied partagé en deux sabots.
Bitord : n. m.
Terme de marine et de pêche. Corde composée de deux fils tortillés ensemble.
Blairie : n. f.
Terme de droit féodal. Redevance seigneuriale à raison de la vaine pâture.
Blanc-étoc : n. m.
Couper un arbre à blanc estoc, le couper au pied sur la souche. Faire une coupe à blanc estoc, la faire sans laisser de baliveaux. Fig. Être réduit à blanc estoc, être entièrement ruiné.
Blandices : n. f. plur.
Flatteries pour gagner le cœur ; charmes, jouissances.
Blason : n. m.
Type de poème en vogue au XVIe siècle, à rimes plates. Il renferme soit l’éloge, soit la satire d’un être ou d’un objet.
Blésité : n. f.
Vice de prononciation qui consiste à substituer une consonne faible à une plus forte, comme le z à l’s, le d au t, l’s au g.
Blézimarder : v. t.
Terme d’argot de théâtre, signifie se couper mutuellement les répliques, empêcher le voisin de dire sa phrase.
Blondin : n. m.
Familièrement, un jeune homme qui fait le beau, qui courtise le beau sexe.
Bluette : n. f.
1) Petite étincelle.
2) Fig. Petit ouvrage d’esprit, agréable sans prétention.
Bobèche : n. f.
1) Petite pièce mobile et évasée qu’on adapte aux chandeliers
2) Petit coin d’acier fin soudé dans un morceau de fer ou d’acier commun, pour faire la lame d’un instrument tranchant.
Boccan : n. m. pop.
Lieu de prostitution.
Boisselée : n. f.
1) Ce qu’un boisseau peut contenir
2) Boisselée de terre, l’espace de terre qu’on peut ensemencer avec un boisseau de blé.
Boitte ou bouette : n. f.
Terme de pêche. Appât pour la pêche.
Bolivar : n. m.
Sorte de chapeau haut de forme évasé.
Bonace : n. f.
Calme de la mer après un orage. Nous eûmes une grande bonace.
Bonavoglie : n. m.
Terme de marine. Homme qui se louait pour tirer la rame.
Bonhommeau : n. m.
Diminutif de bonhomme.
Bonnetade : n. f.
Coup de bonnet. XVIe s.
Bonnette : n. f.
1) Terme de fortification. Ouvrage avancé qui est au delà de la contrescarpe, en forme de petit corps de garde, et dont les deux faces forment un angle saillant
2) Terme de marine. Petites voiles qu’on ajoute aux grandes pour présenter une plus grande surface au vent.
Bonnier : n. m.
Mesure agraire qui, dans la Flandre française, valait 1 hectare 40 ares.
Boquillon : n. m.
Bûcheron.
Bordigue : n. f.
Enceinte formée avec des claies, sur le bord de la mer, pour prendre du poisson ou pour le conserver vivant.
Borée : n. m.
Le vent du nord. Il est du style poétique.
Bornoyer : v. t.
1) Regarder d’un œil en fermant l’autre, pour vérifier un alignement, pour juger si une règle est droite, une surface plane
2) Placer des jalons de distance en distance pour tracer la ligne des fondations d’un mur, ou d’une rangée d’arbres.
Bosco : n. m.
Responsable des manœuvres sur un bateau.
Boscot : n. m. et f.
Petit bossu, petite bossue. Tiens-toi donc mieux, tu as l’air d’un boscot.
Bossetier : n. m.
Verrier qui souffle le verre en boule.
Bossoir : n. m.
Terme de marine. Chacune des deux grosses pièces de bois qui servent à suspendre et à hisser les ancres. Fig. En langage de marin, avoir l’œil au bossoir, surveiller avec vigilance.
Boucaner : v. t.
1) Faire sécher de la viande ou du poisson à la fumée.
2) Aller à la chasse des bœufs sauvages ou autres bêtes pour en avoir les peaux.
Boucanier : n. m.
1) Celui qui va à la chasse des bœufs sauvages.
2) Gros et long fusil dont on se servait pour cette chasse, et, adjectivement, fusil boucanier.
3) Par extension, pirates qui infestaient les Antilles.
Boucassin : n. m.
Sorte de toile peinte en bleu ou en rouge, qui servait à doubler les tendelets des galères.
Boucaut : n. m.
Tonneau qui sert à renfermer certaines marchandises sèches.
Boucon : n. m.
Mets ou breuvage empoisonné. Donner le boucon à quelqu’un, l’empoisonner.
Boulaie : n. f.
Lieu planté de bouleaux.
Bouleux : n. m.
Cheval de fatigue qui chemine bien. Fig. C’est un bon bouleux, c’est un homme laborieux et qui remplit sa tâche.
Boulin : n. m.
1) Pot de terre qui sert de retraite aux pigeons. – Trou pratiqué dans un colombier, pour que les pigeons y nichent et y pondent.
2) Terme de maçonnerie. Trou laissé dans le mur par le bout des pièces d’échafaudage, à mesure qu’on élève le mur. – On appelle aussi boulins les pièces de bois qui soutiennent les planches des échafaudages.
Bouline : n. f.
Terme de marine. Nom de longues cordes, qui tiennent la voile de biais, lorsqu’on fait route avec un vent de côté. Vent de bouline, vent de biais qui n’est pas favorable à la route.
Boulingrin : n. m.
Pièce de gazon que l’on tond, & que l’on entretient dans un jardin ou ailleurs.
Bouquin : n. m.
1) Vieux bouc. Cornet à bouquin, trompe ordinairement faite d’une corne.
2) Petite pièce qui s’ajoute à une pipe et se met dans la bouche. Un bouquin d’ambre.
Bourdalou : n. m.
1) Ruban ou tresse qu’on attache avec une boucle autour d’un chapeau.
2) Sorte de vase de nuit de forme oblongue.
Bourguignotte : n. f.
Casque léger, laissant le visage à découvert, et employé par l’infanterie au XVIe siècle.
Bournal : n. m.
Vieux mot dit pour rayon de miel.
Bourrée : n. f.
1) Assemblage d’un volume, à peu près déterminé, de menues branches. Brûler une bourrée.
2) Air de musique, à deux temps, qui a deux parties égales, chacune de huit mesures. On nomme aussi bourrée une danse composée sur le même air.
Bousin : n. m.
Surface tendre des pierres de taille.
Bousingot : n. m.
Chapeau de marin.
Boustrophédon : n. m.
Antique écriture grecque dans laquelle, après avoir écrit une ligne de gauche à droite, on continuait en écrivant de droite à gauche.
Boute-feu : n. m.
1) Bâton garni à son extrémité d’une mèche pour mettre le feu au canon
2) Celui qui mettait le feu au canon. Vieux en ce sens
3) Incendiaire
4) Fig. Celui qui excite des discordes, suscite des querelles.
Bouterolle : n. f.
Garniture, par le bas, d’un fourreau d’épée, pour empêcher que la lame ne le perce.
Bradypepsie : n. f.
Terme de médecine. Digestion lente et difficile.
Brague : n. f.
1) Autre forme de braie. Culotte, caleçon
2) Ancien terme militaire. Partie du bas de la cuirasse
3) Terme de marine. Nom de cordages retenant les affûts des canons.
Brand : n. m.
Dans l’armement du moyen âge, grosse épée qu’on maniait à deux mains.
Brandebourg : n. m.
1) Ornement en broderie ou en galon sur un vêtement.
2) N. f. Autrefois, casaque à longues manches
3) Espèce de pavillon ou berceau de jardin.
Brandevin : n. m.
Terme emprunté de l’Allemand, eau-de-vie.
Brandiller : v.t.
1) Agiter deçà et delà
2) Un vieux linge brandillait à une branche d’arbre
3) Se brandiller, v. pr. Se mouvoir, s’agiter en l’air sur une corde, une escarpolette, etc.
Brasiller : v.t.
1) Faire griller sur de la braise
2) Présenter une traînée de lumière, en parlant de la mer frappée obliquement par des rayons lumineux, ou devenant phosphorescente dans la trace du bâtiment.
Bredindin : n. m.
Terme de marine. Palan moyen dont on se sert pour enlever de médiocres fardeaux.
Bretèche : n. f.
Ancien terme militaire. Pièce de fortification ou partie crénelée des anciennes murailles.
Brette : n.f.
Ancienne épée longue et étroite.
Bretture : n. f.
Travail pour dégrossir un ouvrage de sculpture.
Bricole : n. f.
Dans l’art militaire du moyen âge, sorte de catapulte ou de mangonneau, composée d’une poutre à cheval entre deux montants, et d’un long ressort que l’on tend au moyen d’une corde ou d’une courroie attachée à une de ses extrémités.
Brifaud ou brifaut : n. m.
1) Gourmand.
2) enfant mal élevé.
Brigadier : n. m.
Bâton utilisé par le régisseur pour frapper les trois coups au théâtre.
Brigandine : n. f.
Armure ancienne en forme de cotte de mailles.
Brigantin : n. m.
1) Petit bâtiment à un ou deux mâts, gréé comme un brick, et qui n’a qu’un pont
2) Petit vaisseau plat, léger et ouvert, qui va à la voile et à la rame, et qui sert à combattre ou à donner la chasse.
Brigantine : n. f.
1) Petit bâtiment en usage dans la Méditerranée
2) Voile particulière au brigantin. Voile trapézoïdale de l’arrière, enverguée sur la corne d’artimon.
Brignon : n. m.
Botte de foin.
Brimborion : n. m.
Chose sans valeur et sans utilité.
Brocelle : n. f.
Bois taillis. Diminutif de broce.
Broigne : n. f.
Chemise de toile.
Brouée : n. f.
Brouillard.
Brouillamini : n. m.
1) Terme de maréchalerie. Sorte d’emplâtre pour les chevaux préparé avec le bol d’Arménie
2) Fig. Brouillement, confusion. Il y a du brouillamini dans cette affaire. Il y a là dedans trop de tintamarre, trop de brouillamini, MOLIÈRE.
Brousser : v. t.
Terme de chasse. Marcher à travers bois sans suivre les chemins.
Brunoyer : v. t.
Avoir une teinte brunâtre, tirer sur le brun.
Bucentaure : n. m.
1) Vaisseau de cérémonie que montait le doge de Venise quand il épousait la mer
2) Sorte de navire à rames usité anciennement dans les mers d’Italie.
Bucoliques : n. f. plur.
Poésies pastorales.
Buffeteur : n. m. pop.
Voiturier infidèle qui entamait les tonneaux confiés à sa conduite.
Bugalet : n. m.
Terme de marine. Nom d’un petit navire autrefois en usage principalement sur la côte de Bretagne, où il faisait le cabotage et dont le gréement était à peu près celui des brigs.
Bulbul : n. m.
Nom du rossignol dans la langue persane.
Burgaudine : n. f. et adj.
La plus belle espèce de nacre, l’écaille du coquillage appelé burgau
Burgrave : n. m.
Ancien titre de dignité en Allemagne. Seigneur d’une ville.
Buron : n. m.
Petite cabane.
Copyright La taverne de faust [http://andani.fr]