4 - ISPAHAN
Iran
   

Capitale de l'Iran sous les Seldjoukides (XIe-XIIIe siècle) et sous les Safavides, Ispahan (ou Isfahan ou Esfahan) garde de cette dernière période un urbanisme grandiose.

 

C'est en 1598 que le souverain safavide, Shâh Abbâs le grand, transfère sa capitale de Qazvin à Ispahan, où il entreprend de grands travaux caractérisés par de larges avenues. Au centre de la ville, il aménage en terrain de polo, la Meydan-e Chah (la place Royale), vaste surface rectangulaire fermée de 512 m sur 159 bordée de bâtiments uniformes à arcades, où s'ouvrent des boutiques. Au milieu de chaque côté, il fait ériger quatre ensembles monumentaux, quatre portes de styles différents, qui conduisent respectivement à la mosquée de l'Imam, à la mosquée du Cheykh Lotfollah, au bazar et au palais Ali Qapu.
Cette splendeur et cette magnifience durèrent un peu plus d'un siècle et fut mise à mal par l'invasion afghane du début du XVIIIe siècle.

Click for Isfahan, Iran Forecast

Mosquée du vendredi
La Mosquée du vendredi est aussi appelée « grande mosquée » ou « vieille mosquée » par opposition à la mosquée du Shah. Elle a été édifiée à partir du Xe siècle. Souvent remaniée au cours du temps, et en particulier sous les Safavides, elle est reliée à la nouvelle ville via le Grand Bazar. La grande mosquée est l’une des architectures les plus complexes des arts de l’Islam. Des fouilles archéologiques ont montré que dès la période Bouyide, il existait une mosquée de plan hypostyle à l’emplacement actuel de l’édifice . Actuellement, la mosquée suit le plan iranien à quatre iwan avec une salle de prière sous coupole qui devait, à l’origine, être séparée de l’ensemble architectural . Bordée d’arcades sur deux niveaux, elle est entourée de multiples petites salles.

Palais de Chehel Sotoun
C'est un palais royal Safavide au nord-ouest du complexe de Ali Qapu. Mesurant 57 par 37 mètres, ce monument majeur du règne de Shah ’Abbas II était utilisé pour les cérémonies de couronnement et pour la réception des ambassadeurs étrangers. Le palais est situé au milieu d’un jardin, qui faisait à l’origine sept hectares, situé entre la meydān-e shāh (place Naghsh-e Jahan) et le chāhār bāgh. À l’est s’étend un long bassin (115 par 16 m environ), dans lequel il se reflète.

Hasht Behesht
Le Hasht Behesht (les « huit paradis ») est constitué d’un pavillon comportant huit petites entités disposées autour d’une grande salle sous coupole à quatre iwans. De petites voûtes couronnent les salles secondaires, décorées de miroirs qui rendent les surfaces mouvantes. Le décor extérieur en céramique est remarquable par l’emploi du jaune. On situe cet édifice dans les années 1671.

Pont Khadju
Le pont Khaju est le deuxième grand pont d’Ispahan, édifié cinquante ans après le Pont Allahverdi Khan. Il présente une structure légèrement plus complexe avec des brise-flots en éventail permettant des effets d’eau plus spectaculaires enfin quand il y en a car lors de notre visite la Zâyandeh-rud était à sec. Il est doté de vingt-trois arches, pour une longueur de 105 mètres et une largeur de 14 mètres.

 

Iran

Page d'accueil retour Livre d'or © Rêv'Errances 2009 mél suite Carte