COSTA RICA

Histoire :


Juan Mora Fernandez

Abordé en 1502 par Christophe Colomb, exploité par Gonzales Davila, le Costa Rica devint une colonie espagnole relevant de la capitainerie générale du Guatemala.
Le peuplement indien presque inexistant, des conditions climatiques favorables expliquent que les conquérants espagnols aient spontanément décidé de travailler la terre. Car malgré son nom, le Costa Rica, « la Côte Riche », le pays n'a pas de mines, et la société qui s’y développa dans le cadre de la capitainerie générale de Guatemala se tourna naturellement vers l'agriculture.

Indépendant en 1821, il reste isolé malgré sa participation à la Fédération des Provinces-Unies d'Amérique centrale, de 1824 à 1838. Il attire des immigrants européens et instaure un système démocratique stable. Après avoir écrasé une tentative de putsch en 1948, José Figueres Ferrer remplace l'armée par une garde civile. Il obtient que l'United Fruit reverse 45% de ses bénéfices à l'État et abandonne son monopole sur les chemins de fer. Havre de paix dans une région instable, le Costa Rica est parvenu à faire signer en 1987 un accord de paix en Amérique centrale, au Nicaragua, au Salvador, au Honduras et au Guatemala. En 1990, le conservateur Calderén a succédé au président Arias.

Politique :

Le président, assisté de deux vice-présidents, dirige les ministres. Il est élu au suffrage universel obligatoire pour quatre ans comme les deux vice-présidents et l'Assemblée législative de 57 membres.

Economie :

La richesse principale du pays est le café, premier produit d'exportation. Les autres productions importantes sont la banane, la canne à sucre, la viande bovine, le cacao et le bois mais aussi des industries de techniques de pointe. Toutefois avec le développement de l'écotourisme, le tourisme rapporte plus que les principaux produits agricoles d'exportations.

Tourisme :


Sphère du Diquís

Sites inscrits à l'Unesco :